Médium - Voyante

depuis 38 ans

Astrologie - Graphologie - Tarots

3 place des pyramides 75001 paris

01 42 60 89 07

Consultation en cabinet et par téléphone sur RV 5j/7

Merci de prévoir les consultations par téléphone et les prises de rendez-vous de préférence le matin ENTRE 10H ET 12H - MERCI DE LIRE LES TARIFS SUR LE SITE AVANT PRISE DE RENDEZ VOUS

Membre de l'INAD depuis 2004

INAD

1°) LE MAITRE AÏVANHOV VALORISAIT LES PHILOSOPHIES BOUDDHISTE ET HINDOUISTE

A) Il recommandait à chacun d’avoir de la VACUITE

VACCUS en latin veut dire VIDE
Chaque disciple doit apprendre à être « vide de désir » c’est-à-dire « ouvert à tout événement même difficile afin de moins souffrir des épreuves. »

En sachant que le Thème Astral indique par l’Astrologie Karmique chaque destinée, le disciple doit apprendre à se soumettre à sa destinée qui dépend de ses actes des vies antérieures.

Accepter « le KARMA » tel qu’il advient, sans faire des projets irréalisables est la base de la philosophie bouddhiste.
Nous devons bannir tout désir personnel non salutaire car susceptible d’engendrer des souffrances.
Mais nous devons cependant ne pas devenir fatalistes : chacun doit accomplir un travail physique et un travail spirituel.

B) Le disciple doit faire preuve aussi de COMPASSION envers les autres.

Bien entendu, le Maître AÏVANOV critiquait la vue occidentale matérialiste de ne posséder seulement qu’un corps et une « tête » mis au service d’une réussite concrète faite d’un bon compte en banque et d’honneurs liés aux mondanités.

« Tout être désirant évoluer sur le plan spirituel doit prendre conscience qu’il possède aussi UNE AME et UN ESPRIT afin d’être plus en phase avec son KARMA et avec la nécessité d’agir en prenant conscience que nous sommes sous l’ère du VERSEAU, celle de la FRATERNITE. »

Un travail intérieur comme un travail extérieur sont nécessaires pour un épanouissement :
« Le plus important c’est l’usage que l’on fait des énergies que l’on possède : comment on emploie ces énergies et dans quel but. Si vous vous sentez triste et malheureux, c’est que vous vous mouvez dans un cercle trop limité : élargissez ce cercle et vous attirerez de l’univers des forces et des entités qui viendront vous éclairer et vous aider. »

Assumer les responsabilités de notre développement personnel signifie adopter une façon de vivre en accord avec les lois et les principes spirituels, tels qu’ils ont été révélés par les grands sages de l’humanité.

La philosophie du Maître AIVANHOV rejoint celle de Rudolf STEINER, fondateur de l’Anthroposophie au début du siècle.
De nombreuses Ecoles PERCEVAL existent encore pour l’épanouissement des élèves qui, en dehors des cours normaux, n’oublient pas de se consacrer quotidiennement aux arts (Musique-Peinture-Sculpture-Théâtre). Une plus grande écoute aux enfants permet en plus de meilleurs résultats scolaires dans la mesure où les élèves sont plus épanouis.
Rudolf STEINER affirmait dans une conférence en 1924 : « L’homme doit sentir qu’il est éclairé par des entités dont la LUMIERE dissipe les TENEBRES de l’existence terrestre. Mais cet éclairage ne se produit que s’il a préalablement acquis certaines connaissances »

2°) LA NOURRITURE ET LA SEXUALITE A CONTROLER

Bien entendu, la nourriture, indispensable à notre survie doit être choisie avec beaucoup de soins.

Dans l’ancien TAITTIRIYA-UPANISHAD (II. 2), datant de presque 3.000 ans, un sage explique que notre aspiration fondamentale à la liberté et au bonheur est une sorte de faim. Le bonheur est le nectar immortel (AMRITA) que recherchaient les alchimistes yogiques. Mais nous pouvons compenser un manque de bonheur par une nourriture trop abondante et inappropriée.

A) Le Maître AÏVANHOV préconisait un YOGA DE LA NOURRITURE VEGETARIENNE prise dans le plus grand silence, en toute conscience de l’importance de cet acte :

« Etant donné que la vie dépend de la nourriture, elle doit être respectée et non méprisée. »
En mangeant, nous communions avec la dimension subtile de toute la NATURE qui donne des fruits, des céréales et des légumes, et par conséquent avec LE DIVIN, notre ultime forme de nourriture.

Il est évident que la consommation des animaux est exclue dans ce Yoga qui les respecte trop.
« Il faut savoir que la viande nous lie au monde animal des régions inférieures où grouillent des êtres qui se dévorent entre eux comme le font les fauves.
Cet état de fait provoque chez le carnivore la peur, la cruauté et la sensualité des animaux. Il serait épouvanté s’il pouvait voir la couleur de son aura. »
Les normes de l’Ecologie demandent la suppression des élevages d’animaux qui provoquent une trop importante consommation d’eau. « Les êtres humains seront obligés de gré ou de force de devenir végétariens » disait le Maître AÏVANHOV.

B) APPRIVOISER LE DRAGON OU TRAVAIL SUR LA KUNDALINI

Bien entendu, pour le Maître AIVANOV, un couple peut vivre une sexualité épanouie dans une relation de désirs et de bien-être partagés, donnant une place privilégiée à chacun.
Mais il condamne la sexualité égoïste, dénuée de sens, de sentiments, d’échanges d’âme à âme.

La période actuelle favorise un renouvellement de partenaires plus fréquent que dans le passé, au détriment de l’équilibre, de l’amour réciproque et du bien-être de tous.

a) Dans ce sens la SEXUALITE EST LE VEAU D’OR que les gens ont adoré pendant des millénaires, donnant une priorité au corps, au physique, au détriment de l’épanouissement du cœur, de l’âme et de l’esprit. Voir Tomes XIV et XV sur l’Amour et la Sexualité (2 Tomes sur une collections de 32 Livres) Editions PROSVETA

Le Maître AIVANHOV explique que la sexualité a toujours exercé une fascination : elle sert de substitut à la béatitude qui résulte de l’expérience mystique du MOI SUPERIEUR.

« Ce que les gens ne savent pas, déclare le Maître AIVANHOV, c’est que l’orgasme est un moyen terriblement efficace de gaspiller l’énergie vitale. »
Il faut savoir aussi que des esprits négatifs se nourrissent des échanges sexuels. Ceci est notamment rapporté dans le Coran et la Sunna. La Sunna du Prophète, seconde source du droit islamique, permet de s’approcher des objectifs de la Révélation.

L’expérience personnelle d’une femme « vivant de ses charmes », venue me consulter, corrobore ces faits.
Elle désirait vendre son appartement Rue St Denis pour acheter un appartement en province avec son nouvel ami. Mais personne ne voulait acheter son appartement.
Je lui ai conseillé de vendre son appartement à une amie faisant le même métier qu’elle Rue St Denis.

Il me paraissait évident que des esprits maléfiques qui se nourrissaient des échanges sexuels permanents entendaient continuer à profiter de cet endroit.
Deux semaines après, elle me téléphonait qu’elle avait vendu son appartement !

Le Maître AÏVANHOV précise :
« Quand il s’agit de sexualité purement physique, biologique, égoïste, des émanations s’engouffrent dans la terre où des créatures ténébreuses se régalent de ces énergies vitales. Vous êtes étonnés, mais c’est la vérité : les échanges amoureux égoïstes donnent des festins aux esprits négatifs ! »

Mais d’un autre côté, le Maître reconnait que les religieux n’adoptent pas toujours une bonne solution en vivant en ermites.
Après avoir visité l’été 1969 en Grèce le Mont Athos où les moines orthodoxes ont banni la présence de toute femme, le Maître AÏVANHOV a senti qu’en rejetant le principe féminin qu’ils tenaient pour diabolique, « ils avaient imprégné leurs monastères d’une aura de tristesse et d’ennui ».
Dans une conférence, le Maître disait : « Si vous luttez contre la force sexuelle, ainsi que l’a préconisé la religion, si vous la refoulez, vous serez un bon sujet pour les psychanalystes et les psychiatres »

b) Par contre, en TRANSCENDANT volontairement une sexualité qui ne peut être vécue, chacun peut atteindre un épanouissement.
« Le renoncement n’est pas une privation. Les initiés ne se privent pas, disait-il, ils ne font qu’assumer une nouvelle relation avec toutes les fonctions qui emprisonnent l’être ordinaire. »
Le Maître AIVANHOV parlait de « remplacement » ou de « transposition »
Vivre une SPIRITUALITE épanouissante est une façon de SUBLIMER L’ENERGIE SEXUELLE.

Le Maître AÏVANHOV expliquait que dans notre quête d’un bonheur durable, nous devons intégrer l’énergie sexuelle à notre travail spirituel en maîtrisant son immense potentiel.
Il faisait remarquer que les EUNUQUES n’ont pas d’énergie pour créer.
Alors qu’en sublimant sa force sexuelle, un initié peut obtenir des POUVOIRS.

Le Maître taoïste du XIXème siècle CHAO PI CH’ EN enseignait que le pratiquant de la vie spirituelle devait développer son ESPRIT avec la pratique de la respiration, ce qui assurait son équilibre. Alors qu’il mettait en garde de la perte du liquide séminal entraînant une diminution d’énergie sexuelle, cause de déséquilibre.
Les adeptes taoïstes croyaient que, par le célibat et la bonne « gestion » des énergies, ils pouvaient vivre mieux et plus longtemps.

« Est-ce dans ce sens que les Français appellent l’orgasme « la petite mort » ? » se demande Georg FEUERSTEIN. (Voir « Le Mystère de la Lumière » ou la Vie et l’Enseignement du Maître Omraam Mikhael AÏVANHOV – Editions PROSVETA)

C) LE TANTRA-YOGA ET LE POUVOIR DU SERPENT

Les adeptes du TANTRISME aspiraient à atteindre une béatitude qui jaillit d’une union mystique.
Ils avaient une connaissance des sons et de leurs effets subtils sur la KUNDALINI « celle qui est entourée sur elle-même » comprenant les 7 CHAKRAS du périnée au sommet du crâne.
Le FEU KUNDALINI en montant au sommet du crâne devient pure et parfaite béatitude.

La KUNDALINI-SHAKTI ou « FORCE FORTE DE TOUTES LES FORCES » d’Hermès TRISMEGISTE est « une condensation de la lumière solaire ».
Le Maître AÏVANHOV explique : « La plus grande réalisation à laquelle l’être humain puisse arriver, c’est d’unir le MOI INFERIEUR au MOI SUPERIEUR, la queue à la tête. Il faut « joindre les deux bouts ». Avec humour, il faisait la comparaison avec les fins de mois difficiles pendant lesquelles certains ont du mal à « joindre les deux bouts ». Il précisait que l’expression remonte à l’image mythologique du serpent qui se mord la queue.

L’initié tantrique apprend à remonter l’énergie du Chakra MOULADARA en bas de la KUNDALINI au niveau du périnée jusqu’au chakra SAHASRARA en haut du crâne, afin de faire l’unité »

Pour le Maître AÏVANHOV, comme pour les tantristes, l’acte sexuel est un acte sacré, qui engage un processus profond.
Il précise : « L’homme fertilise la femme exactement comme le Soleil fertilise la Terre.» L’acte sexuel ne doit pas être accompli sans une grande expérience surtout de la part de l’homme qui doit apprendre à satisfaire la femme, plus sensible, plus réceptive et souvent plus sentimentale.

Si l’homme ne pense qu’à son propre plaisir, les échanges sont bestiaux et rien ne permet une union durable basée sur des échanges affectifs, humains satisfaisant l’âme et l’esprit.
Le Maître AÏVANHOV expliquait :
« L’homme doit apprendre à donner des semences aussi dans le plan spirituel pour que la femme, dans son âme, dans son cœur, mette au monde des enfants « divins » »

D) LA GALVANOPLASTIE SPIRITUELLE OU LA NECESSITE D’ETRE ATTENTIF AU BIEN ETRE DE LA MERE ET DE L ENFANT PENDANT LA GROSSESSE

OMRAAM MIKHAEL AÏVANOV EMPLOYAIT CE TERME « GALVANOPLASTIE SPIRITUELLE » POUR DESIGNER UNE GROSSESSE EN TOUTE HARMONIE

Dès son arrivée en France en 1937, Mikhael IVANHOV indiquait déjà de l’importance du bon état physique et psychique de la mère pendant la grossesse afin que l’enfant dans son sein puisse s’épanouir.

Les échanges entre MERE et ENFANT ont été appelés par le Maître AÏVANHOV « Galvanoplastie spirituelle » en mettant en lumière la crainte d’une inter-réaction entre la souffrance de la mère et les conséquences catastrophiques sur le fœtus. Il est absolument nécessaire d’établir une harmonie dans la vie de la mère pour que le fœtus puisse se développer normalement.

Les médecins ne connaissaient pas à cette époque ce processus qui permet maintenant à des enfants ne pas naître dans les conditions désastreuses du passé.
Le Maître AÏVANHOV dû subir d’ailleurs de gros problèmes avec l’Ordre des médecins alors qu’il mettait en évidence une vérité reconnue par les médecins eux-mêmes seulement plus tard.

Le 26 Novembre 1983 le Maître AÏVANOV présida une cérémonie spirituelle à la FBU afin de donner tout pouvoir à Mme Marie-Andrée BERTIN, enseignante et présidente de l’OMAEP (Organisation Mondiale des Associations pour l’Education Prénatale) pour mieux aider la vie intra-utérus du fœtus avant la naissance.
Dans les années 80-81-82, Mme Marie-Andrée BERTIN avait publié des études sur la SENSORIALITE FŒTALE ce qui a permis à des médecins, sages-femmes, infirmières, puéricultrices, éducateurs et parents de faire partie de cette association.

Mme Marie-Andrée BERTIN avait travaillé avec le professeur Hubert MONTAGNER. Leur constat était que 20 ans étaient nécessaires avant que les découvertes des laboratoires soient incorporées aux programmes de formation des professionnels susceptibles de les utiliser dans leur pratique et un temps plus long encore avant qu’elles ne parviennent à la population.

L’Association OMAEP se voulait être un pont entre LA RECHERCHE et la VIE QUOTIDIENNE

Cette démarche permet de présenter aux futurs parents les règles élémentaires à l’épanouissement du fœtus :

  • Une hygiène de vie qui exclue le tabac, les vins et spiritueux, les drogues, les excès en tous genres
  • Un régime alimentaire comportant fruits, légumes, céréales sans oublier les poissons des mers froides dont les acides gras sont si précieux pour la construction du cerveau du bébé. Il est indispensable que ces aliments respectent les règles de l’écologie.
  • Une nécessité d’épanouissement personnel des parents (surtout de la mère bien entendu) qui doivent penser à devenir « ZEN » en écoutant de la musique, pratiquant de la marche et en s’aérant le plus possible.

LES CINQ SENS

Les parents doivent penser à dynamiser les capacités sensorielles du fœtus, à renforcer les organes des sens, à affiner leurs fonctions par des stimulations correspondantes-notamment tactiles et auditives.

Les influences auditives ont été les plus étudiées.
Le Dr TOMATIS a démontré que le fœtus, bien avant que l’oreille interne ne soit mature (vers 6 mois de gestation), perçoit les vibrations sonores par toutes ses cellules, à la manière d’un sourd qui peut être fatigué par un bruit qu’il n’entend pas.
Mme Michèle CLEMENTIS, médecin anglais, a défini que les fœtus sont sensibles différemment à la musique de BRAHMS, BEETHOVEN, MOZART et VIVALDI, mais ils apprécient.
Par contre, elle précise qu’une future maman assistant à un concert de rock a dû quitter sa place tant elle recevait de coups de pieds du fœtus !

Boris BROT, chef d’orchestre américain, RUBINSTEIN, Yehudi MENUHIN et Olivier MESSIAEN ont relaté leur étonnement en s’apercevant qu’ils connaissaient d’avance des partitions que leurs mères avaient étudiées alors qu’ils n’étaient que fœtus dans le ventre de leur mère !
Si on ne peut certifier que chaque enfant puisse se souvenir de mélodies chantées ou jouées par leurs parents alors qu’ils sont fœtus, il faut conclure de ces expériences que le bien-être des parents et en particulier de la mère, pendant sa grossesse– comme l’enseignait le MAÏTRE AÏVANHOV, est capital pour l’épanouissement de l’enfant.

LE PLAN AFFECTIF

L’enfant partage les émotions de sa mère. Nous savons depuis plusieurs décennies qu’elles lui sont communiquées par les hormones de stress, de peur (adrénaline et catécholamine), ou de détente, de confiance, de joie ou de bonheur (les endorphines).
Les futures mamans doivent alors éviter les conversations, les lectures, les musiques, les films et les spectacles stressants, violents ou lugubres et déprimants !

Mais si des précautions doivent être prises au maximum, la mère peut heureusement protéger naturellement le fœtus comme le bébé :

  • Le psychiatre de Toronto, Thomas VERNY explique que LA MERE constitue un « BOUCLIER PROTECTEUR » pour son enfant grâce à son AMOUR.
  • Françoise DOLTO persuadait chaque mère de rassurer son bébé en lui expliquant chaque problème.
  • Boris CYRULNICK préconise une CAPACITE DE RESILIENCE DE L’ENFANT : « Les êtres qui se sont précocement structurés dans l’amour et la confiance possèdent une capacité de résilience, c’est-à-dire de se reconstruire après un choc déstabilisant »